CROISSONS !

Le monde souffre !

Arrêtons de proliférer !

Le vieux principe dit : « Croissez et multipliez-vous. »

Cela signifie « Croissez en sagesse spirituelle, dépassez-vous, »

(A l’époque le procédé et la notion de « multiplication » n’avait pas été inventés.)

Arrêtons de proliférer,

Croissons,

Croissons en esprit, en sagesse,  en équilibre.

Le mouvement de l’univers tend toujours de lui-même vers un retour à l’équilibre,. Suivons le mouvement au lieu de peser contre et d’en souffrir les conséquences, suivons en nous-mêmes le mouvement vers le bien-être.

Principe d’harmonie

Maître Ni:

Un des principes est de vivre en harmonie avec notre entourage. Avec des personnes avec qui on se sent sur les mêmes valeurs, la droiture et la sincérité.

On ne condamne pas les autres, on se satisfait de suivre un chemin différent. C’est aussi vivre en harmonie avec notre milieu extérieur.

A PROPOS DE TAOÏSME

Aperҫu de philosophie générale

Une philosophie qui encourage à une longue, heureuse et saine vie en ce monde.

C’est ainsi que le Taoïsme s’est fait connaitre par ses pratiques de médecine avancée (acupuncture, phytothérapie, diététique,) d’exercices comme le Tai Chi, le Qigong, de développement spirituel, (méditations, alchimie.)

Cosmogonie :

 L’origine de l’univers n’est pas un Dieu. C’est une énergie mystérieuse, inconnaissable.

Elle se forme d’elle-même, du simple fait de sa possibilité, ou potentialité. C’est un processus naturel, un effet qui n’a pas besoin de cause, et c’est pour cela qu’elle échappe à nos moyens de compréhension. On pense qu’elle a toujours existé, peut-être qu’il ne pouvait pas en être autrement.

L’origine demeure insaisissable au point qu’on ne peut même pas lui donner un nom. On dit que c’est « un vide qui n’est pas le néant. »

On l’appelle Tao, ce qui signifie «la Voie, » c’est-à-dire le processus qui détermine les choses que nous pouvons observer, la loi qui régit l’univers.

Cette énergie est l’origine de la matière et de la conscience, c’est l’énergie de vie qui anime tout ce qui existe. Il n’y a pas de coupure entre l’esprit et la matière, ce sont deux modes d’une seule énergie originelle qui se diversifie, en devenant plus ou moins dense.

Continuer la lecture de « A PROPOS DE TAOÏSME »

PANDÉMIE PLANÉTAIRE, 3

 LA PANDÉMIE QUI SAUVERA LE MONDE

3- LES VAGUES DE CHANGEMENT

 Vague extérieure :

Devenir responsable, aller plus loin que la prise de conscience, passer à l’action

Il est apparu une vague d’action politique, associative, syndicale, sociale.  C’est la vague visible des écologistes, de tous ceux qui s’engagent contre l’effondrement.

Chaque action est bénéfique, et la moindre d’entre elle a son importance. N’importe quel geste positif est à la portée de tout un chacun, il s’en produit beaucoup, spontanément, et ils ne sont pas vains.

L’humain est assez intelligent pour créer les normes d’un nouveau monde.

Lorsqu’un milieu de vie  change (vivre à 35° ?) les créatures qui s’y trouvent évoluent en conséquence. Le milieu change, le pinson change, nous pouvons donc bien nous adapter.

Pourtant cette première vague de transformations par des lois et règlements sera une  transition, qui se fera au milieu de luttes et résistances prolongées. Un long acharnement autour de désaccords, de succès et d’échecs, de triche peut-être.

Il est prévisible que l’évolution n’avance que dans la mesure où le fond intime de la personne  progresse.

Ce ne sont pas les normes extérieures qui changeront les personnes, il faut un choix personnel

Même fliqués, vivant dans la peur, changerons-nous ?

Continuer la lecture de « PANDÉMIE PLANÉTAIRE, 3 »

PANDÉMIE PLANÉTAIRE, 2

 

 LA PANDÉMIE QUI SAUVERA LE MONDE

2-  UNE CROISSANCE INTENABLE

 Les appels  de ceux qui ont pris conscience sont maintenant généralisés,

mais que pouvons-nous faire ?

 Nous sommes emportés dans une expansion phénoménale contre laquelle nous ne pouvons rien.

Nous sommes impliqués d’une société organisée pour une croissance illimitée,

Croissance illimitée des profits, de la spéculation, de la population, de la consommation…

Cette croissance ne cesse d’enfler et de se répandre comme une tumeur dévorante que nous chérissons.

Nous la chérissons parce qu’elle est extrêmement désirable, nous voulons tous vivre mieux, avoir notre part du gâteau, même si pour beaucoup la part est insuffisante et il ne leur reste que des miettes.

Nous aimons la croissance, mais en même temps nous en souffrons gravement, car sa dynamique impose de vivre dans la compétition permanente. Elle engendre de la peur, le manque de confiance. Notre vie n’est pas sur un mode apaisé  d’effort juste et de coopération, c’est au contraire une vie d’agitation et d’inquiétude, de conflit permanent. La galère.

Cette croissance est aussi une agression envers nous-mêmes puisque nous en sommes les instruments sans avoir les bénéfices garantis, mais en fournissant des efforts perpétuels.

Continuer la lecture de « PANDÉMIE PLANÉTAIRE, 2 »

Pandémie planétaire 1

LA PANDÉMIE QUI SAUVERA LE MONDE

1- COUP DE VENT,

UNE SÉVÈRE CORRECTION CONTRE LES DÉRÈGLEMENTS

Prenons un instant pour laisser venir les idées sur cette subite pathologie qui balaye notre planète toute entière.

Comment un virus se définit-il en vision médicale ésotérique ?

Une énergie subtile vent fait apparaitre une forme microscopique vivante, notre microbe.

Un virus n’est pas une entité biologique complète et autonome. Ce n’est qu’un filament D’ARN ou ADN dans une enveloppe, il lui faut envahir une cellule pour se développer et se multiplier. On pourrait dire qu’il circule comme un grain de poussière dans le vent.

Explication : Son apparition est suscitée la une énergie invisible vent, voyons comment il se révèle. Comparons-le au vent : Continuer la lecture de « Pandémie planétaire 1 »

CROISSANCE ET DECROISSANCE

L’évolution du monde

et de ses locataires

Depuis son lancement, notre monde a évolué dans le sens d’un approfondissement et d’un raffinement continus, qui se remarque par une élaboration s’éloignant de la matérialité grossière et tendant vers une condition plus spirituelle.

Une évolution qui semble guidée par une énergie intelligente.

Une évolution qui invite à vivre en accord avec cette énergie intelligente, parce qu’elle indique un sens à suivre. Continuer la lecture de « CROISSANCE ET DECROISSANCE »

Simplicité

Cultiver la simplicité

Il est bon de cultiver un état de conscience tranquille.

Eviter de rester dans la tension, dans le serrement des obligations. S’abstenir d’avoir toujours à courir après quelque chose, une course qui est une accumulation d’ennuis.

– Rester centré, ne pas s’éparpiller dans mille activités ou préoccupations externes.

Continuer la lecture de « Simplicité »

Météo Astro . 2019

 

Voici les prédictions météo pour l’été 2020, selon l”astrologie chinoise,

Il est prévu un été très chaud, mais entrecoupé de périodes froides, donc un climat d’instabilité

une bonne occasion d’en vérifier l’exactitude!

 

Pensez aux exercices de Qigong pour vous entretenir et vous protéger

Ceux que vous connaissez sont déjà utiles, mais d’ici quelques semaines, je publierai un excellent exercice en lien avec les influences astrales sur nos organismes et notre évolution personnelle.

A bientôt!

 

Le citadin et la nature

Pensée du jour,

Le citadin et la nature

On peut se demander comment nos congénères des cités apprécient la nature.

Ils ont accès à quelques bacs à fleurs, quelques arbres dans un parc, quelques m² de pelouse…soit quelques ilots surgissant du béton et du bitume.  Quelques clins d’œil de paix dans le brouhaha, l’agitation fébrile et la cohue de leur cadre de vie.

Quelques journées de vacances, encore accompagnées par le brouhaha, l’agitation fébrile et la cohue, mais en plus, quelques belles perspectives sur une baie majestueuse ou une montagne transcendante, un moment de paix qui surprend, car il tombe dessus inattendu.  Il y a sans doute divers degrés d’appréciation.

Continuer la lecture de « Le citadin et la nature »

Le secret de l’univers

 

Tous les humains s’efforcent de comprendre leur univers, et presque tous ont l’impression que c’est trop difficile.

Quand ils pensent ne pas y parvenir, ils ont quand même largement compris leur univers, car ils portent en eux la réponse.

Pourquoi est-ce que comprendre l’univers dépend d’un “secret” mystérieux ?

Tout simplement parce que la nature de l’univers est invisible, inaudible, impalpable.

Mais qu’est-ce que c’est donc ?

Continuer la lecture de « Le secret de l’univers »

Un remède universel

 

  Cet article reprend ce qui est dit dans un commentaire, c’est pour lui donner plus de visibilité.

la question était :

Il semblerait que pour vous, la méditation devienne la solution à  tous les problèmes du monde.
C’est bien peu réaliste. Combien de gens se soucient de la méditation ??? Et comment imaginer que cela pourrait changer les choses? 
A mon avis, une conception extrêmement naïve, ne croyez-vous pas ?

La réponse était :

Détrompez-vous, je crois vraiment que la méditation peut changer le monde, mais il ne s’agit pas de nous transformer tous en lamas tibétains.

Continuer la lecture de « Un remède universel »

Peur de la mort

La peur de la mort s’explique facilement pour ceux qui croient qu’ils ne sont que leur corps, ou ceux qui ne savent pas ce qui les attend après leur décès.

Une autre bonne raison de craindre la mort, c’est penser qu’on a raté ce que l’on devait accomplir, c’est-à-dire se réaliser spirituellement. On est passé à côté du sens de l’existence, et la mort apparaît comme une sanction pour cet échec.

Nous sommes déjà éternels, nous sommes une particule vivante de la conscience de cet univers vivant qui se renouvelle éternellement.

Notre être a déjà vécu des milliers d’années, et c’est pourquoi nous avons déjà acquis de belles capacités. (Bravo, nous !)

Continuer la lecture de « Peur de la mort »

Ici et maintenant

Ici et maintenant et encore un peu plus tard

Il n’est pas facile toujours d’accorder notre expérience avec l’enseignement

Ainsi, par exemple, la notion d’un chemin  parcourir et l’idée que tout se passe ici et maintenant.

Et pourtant les deux coexistent.

Car le chemin, la Voie, et l’objectif final à atteindre sont en fait une seule et même chose.

Le but final, c’est d’atteindre notre propre nature.

Et pourtant, nous l’avons déjà.

C’est donc plutôt de réunir la petite parcelle que nous possédons, avec le grand tout universel.

Unir le moi avec le Soi. (= Éveil, dépassement de l’ego.)

Continuer la lecture de « Ici et maintenant »

Le mental vide

Le Mental vide

 

Souvent, ceux qui pratiquent la méditation depuis longtemps sont déçus et trouvent les résultats insuffisants.

C’est la situation humaine de tous, = assis entre deux chaises. Divisés, partagés.

D’un côté la vie quotidienne, ses plaisirs, ses inquiétudes, ses obligations, le monde où l’on vit, qui nous accapare presque complètement, et de l’autre côté, le besoin de paix, d’unité, de cohérence, de s’élever au-dessus du tourbillon quotidien qui ne mène à rien si on y reste.

Entre les deux, il y a le voile, le mur, le silence, l’échec, on sent qu’on ne parvient pas à enregistrer des progrès radicaux, ou s’ils apparaissent, c’est pour être perdus quelque temps plus tard.

Continuer la lecture de « Le mental vide »

DÉTERMINISME, conditionnement, libre-arbitre

 

 On peut se demander si tous nos choix ne sont pas déterminés par notre conditionnement, nous croyons sans doute disposer d’un libre arbitre, mais qu’en est-il en fait ?

De toute évidence, nous sommes fortement conditionnés, mais…

mais on peut observer ceci:

Nous sommes surtout conditionnés dans les domaines les plus lourds, les plus physiques de notre être.

L’appartenance à un sexe est déjà un déterminisme qui dicte ses lois. Les instincts (le boire et le manger etc.) nous conditionnent comme les animaux. Nous n’avons que deux oreilles ! Si nous devenons sourds, la troisième ne nous aidera pas. !!

Continuer la lecture de « DÉTERMINISME, conditionnement, libre-arbitre »

Les anciens et les modernes

A notre époque, nous vivons une période de transformation des pratiques spirituelles. Les anciennes religions ne sont plus guère suivies. Elles perdent du crédit car leurs théologies, qui sont des constructions fabriquées pour des temps anciens, paraissent désuètes face aux découvertes de la science moderne et aux nouveaux styles de vie.

Et pourtant le besoin de certitudes spirituelles n’a jamais été aussi grand, justement à cause de l’effondrement des religions.

Dans ce contexte, on voit apparaître une spiritualité nouvelle spontanée, celle du New Age, qui improvise des découvertes spirituelles diverses, un peu dans toutes les directions.

Notons au passage que les festivals de musique de la jeunesse sont très chargés de spiritualité.

On voit aussi apparaître des manifestations assez cohérentes qui ont tendance à prendre le haut du pavé.

Continuer la lecture de « Les anciens et les modernes »

La concentration en méditation (2)

Modifier “La concentration en méditation (2)”

La concentration, le point délicat de la méditation, sur lequel il faut souvent revenir.

Il est essentiel d’engager son intention sincère, et alors le travail est déjà à moitié fait.

Considérons notre espace mental.

Le mental est la faculté de perception qui relie toutes les parties de notre être entre elles, et aussi avec le mental universel, l’intelligence cosmique.

Notre mental peut percevoir quatre degrés:

– des sensations corporelles: j’ai faim, j’ai froid, j’ai mal aux pieds…

– des émotions: la joie, la frustration, la croupe de ma voisine, etc…

– des idées, des pensées. Pensées ordinaires ou bien pensées structurées et avancées, raisonnement philosophique ou mathématique; etc.

– des intuitions, des illuminations comme l’éveil.

A chaque degré, on s’élève un peu plus dans le domaine spirituel.

On peut voir ça comme une échelle qui monte en haut, où se trouve la source.

On peut aussi voir ça comme des cercles concentriques, les perceptions corporelles sont les plus éloignées du centre, et les autres degrés progressivement à l’intérieur du cercle avec les intuitions et la présence de la source au centre.

Concentration: dans la méditation, on voudrait bien que l’attention (= conscience, présence vigilante) se fixe au centre pour qu’à la longue, les illuminations surgissent.

Mais notre esprit conscient a tendance à naviguer dans tous les étages. Ce n’est pas trop grave, puisqu’il ne fait que circuler dans son propre domaine, mais tant qu’il ne se fixe pas suffisamment au centre, il ne capte que des perceptions éphémères, instables, de peu d’importance.

Les enseignants disent en général de tolérer et d’observer les divagations, de ramener patiemment l’esprit au centre, sans se fâcher ni s’énerver contre les vagabondages.

Jusqu’à ce qu’il prenne sa place au centre et qu’il s’y plaise de plus en plus.

Il n’y a pas d’autre système.

Voici un procédé qui peut être utile :

La méthode consiste à écouter son souffle, tout simplement.

Cela implique beaucoup de choses, parce que le souffle est la représentation physique de notre énergie vitale, celle-là même qui provient de la source au centre et qui constitue notre être.

En écoutant le souffle, on se relie donc naturellement et sans effort avec l’énergie Originelle, notre nature profonde.

L’intérêt est de se relier à cette énergie avant qu’elle se transforme en pensées et autres perceptions de notre existence.

C’est donc très utile pour calmer l’activité mentale.

Il est aussi recommandé de centrer l’attention sur l’un des trois points du corps qui sont des points source, et qui correspondent à des chakras.

Au troisième oeil, ou au centre de la poitrine, ou au centre de l’abdomen, trois doigts sous le nombril, ce point-là est le centre de gravité du corps et aussi le point où arrivent les énergies externes avant de se distribuer dans le corps.

Donc, finalement, c’est tout simple, fixer l’attention sur un point source, et écouter le souffle.

C’est tout.

Il n’y a plus rien à faire.

On est dans l’agir (écouter pour fixer l’attention) sans agir (puisqu’il n’y a plus rien à chercher, nous sommes directement dans l’énergie Originelle qui contient tout, plus besoin de chercher quoi que ce soit.)

On peut ainsi laisser fondre les barrières qui nous séparent, et que puisse s’ouvrir l’accès au monde spirituel.

Après chaque séance, on sent bien qu’on a reçu quelque chose, et que l’évolution se fait.

Et si on pratique cette respiration abdominale muette, elle peut nous accompagner dans bien des occasions au cours de la journée où nous pouvons nous recentrer et nous réaligner avec l’Origine.

 

☯︎

Le non-être

Le non-être, expression difficile à comprendre.

En fait, non être ne signifie pas disparaître dans le néant.

Non-être signifie ne plus être une chose, ne plus être un objet. Ne plus être un corps.

Le corps fait partie du monde matériel, le monde terrestre.

C’est le monde de la souffrance, du gain et de la perte, du bien et du mal.

A mesure qu’on se développe spirituellement, on s’élève peu à peu au-dessus de cette dualité.

Continuer la lecture de « Le non-être »

La concentration en méditation

Modifier “La concentration en méditation”

Le mental ne s’arrête jamais, peut-être même pas quand on meurt.(??)

Du reste il ne faut pas s’en défaire, puisque c’est la fonction qui capte et reçoit ce qui nous vient d’ailleurs. C’est le récepteur des échos du ciel, l’écran interface.

Alors, comment rejoindre la vacuité qui nous permet justement de recevoir quand l’écran est débarrassé des images vagabondes ou parasites ?

Se concentrer, cela signifie n’avoir qu’une seule idée, rester sur une seule.

La méthode courante est de se concentrer sur une idée, une seule.

On peut choisir une seule idée qui nous parle :

-la respiration

-le mental vide

-rester sans tête

-tout larguer,

-la paix, etc…

Prenons l’exemple de « la paix »

Si je n’ai que cette idée dans l’esprit, elle tend à évacuer les autres, parce qu’elle occupe toute la place à elle seule. Elle permet de ressentir la détente dans tout les corps, muscles et articulations, et matière grise.

Elle permet de renvoyer au loin tous les soucis du quotidien Elle peut s’intégrer à la respiration, devenir la respiration. Elle peut laisser monter un bien-être profond qui relaxe et apaise (c’est la production d’endorphines.)

Elle peut n’être d’abord qu’une idée de paix assez creuse comme un son sans écho, mais elle va devenir plus riche si on la maintient avec constance, en répétant le mot mentalement comme un très lent mantra à chaque respiration.

Etonnamment quand il n’y a plus que cette seule idée, elle rassemble tout le pouvoir du mental,  et finalement, elle a tendance à disparaître.

C’est comme une capsule spatiale qui nous a emmenés de l’autre côté et qui ensuite nous dépose dans l’espace d’énergie divine, dans l’état d’unité, là où il n’y a plus rien à chercher, plus rien à attendre, car ce qui nous parvient ne dépend pas de nous.

La paix devient un état vécu, de même nature que notre être profond et de même nature que la quiétude de l’énergie source.

Il faut bien sûr s’y reprendre à plusieurs fois, les idées parasites ne sont pas bien loin, mais tout le progrès qu’on peut faire vient de notre application patiente, et on peut être surpris d’ arriver  assez facilement au but que l’on recherche, c-à-d. établir un contact silencieux.

********

Chacun peut trouver la méthode qui lui convient le mieux.

En voici une particulièrement intéressante. Elle vient des monastères des monts sacrés de Wudang, au centre de la Chine.

Pour aller vers le vide et le silence mental, elle propose simplement d’écouter son propre souffle.

Se concentrer sur le Dantian (chakra abdominal) pratiquer la respiration abdominale, et écouter son souffle que l’on dirige vers le Dantian.

Ecouter le souffle aide beaucoup à calmer le mental,

c’est dons un bon support de concentration,

et le souffle lui-même est le symbole de l’énergie céleste que nous recevons, c’est comme sentir directement l’énergie que l’on capte.

On trouve le point où tout s’arrête, où il n’y a plus de questions, plus de pensée active.

********

La paix dans tous les coeurs.

 

Sagesse ignorée

 

 

La pommette de l’aubépine, (crataegus, Shan Zha) est abondante en automne. Peu de gens connaissent ses bienfaits quand on l’utilise en décoction.

 Sagesse5 C’est un excellent médicament dans les cas d’indigestion. Elle facilite la digestion de la viande et des corps gras. Elle facilite la circulation sanguine et s’emploie aussi dans les maladies cardiovasculaires, contre l’hyperlipémie, le cholestérol. Elle prend soin des artères coronaires, et des autres. Utile dans l’hypertension.

C’est parce qu’elle excelle à dissoudre le gras, mais en plus elle assouplit les tissus endurcis. Elle garde donc les artères souples, et nous savons tous que « nous avons l’âge de nos artères ! »

Les ménagères chinoises l’utilisent pour attendrir les vieilles poules à la cuisson, c’est tout dire !

Continuer la lecture de « Sagesse ignorée »