VIRUS et PANDÉMIE PLANÉTAIRE

Prenons un instant pour laisser venir les idées sur cette subite pathologie qui balaye notre planète toute entière.

Comment un virus se définit-il  dans la vision ésotérique de la médecine traditionnelle?

C’est une énergie subtile vent  qui fait naitre une forme microscopique vivante, notre microbe.

Explication : il est une énergie “vent”, voyons comment il se révèle.

  • Apparition subite et imprévue, éclatant à partir de rien du tout, sauf de l’ensemble du contexte, physique, environnemental, (orages, tornades,) ou moral, mental, (rages, colères.)
  • Il pénètre profondément, s’insinue partout sans qu’on puisse l’empêcher ou le stopper.
  • Il peut arrêter ou reprendre, changer, muter sous une autre aspect.
  • Il répand son mal sans qu’on puisse prévoir jusqu’où iront les conséquences tragiques.
  • Il est impossible à arrêter, ne se termine qu’en épuisant son énergie, en ayant fait la preuve de son action en réponse aux causes qui l’ont déclenché.

Alors que penser d’un déclenchement planétaire ? Il faut des causes planétaires.

Continuer la lecture de « VIRUS et PANDÉMIE PLANÉTAIRE »

CROISSANCE ET DECROISSANCE

L’évolution du monde

et de ses locataires

Depuis son lancement, notre monde a évolué dans le sens d’un approfondissement et d’un raffinement continus, qui se remarque par une élaboration s’éloignant de la matérialité grossière et tendant vers une condition plus spirituelle.

Une évolution qui semble guidée par une énergie intelligente.

Une évolution qui invite à vivre en accord avec cette énergie intelligente, parce qu’elle indique un sens à suivre. Continuer la lecture de « CROISSANCE ET DECROISSANCE »

Simplicité

Cultiver la simplicité

Il est bon de cultiver un état de conscience tranquille.

Eviter de rester dans la tension, dans le serrement des obligations. S’abstenir d’avoir toujours à courir après quelque chose, une course qui est une accumulation d’ennuis.

– Rester centré, ne pas s’éparpiller dans mille activités ou préoccupations externes.

Continuer la lecture de « Simplicité »

Le citadin et la nature

Pensée du jour,

Le citadin et la nature

On peut se demander comment nos congénères des cités apprécient la nature.

Ils ont accès à quelques bacs à fleurs, quelques arbres dans un parc, quelques m² de pelouse…soit quelques ilots surgissant du béton et du bitume.  Quelques clins d’œil de paix dans le brouhaha, l’agitation fébrile et la cohue de leur cadre de vie.

Quelques journées de vacances, encore accompagnées par le brouhaha, l’agitation fébrile et la cohue, mais en plus, quelques belles perspectives sur une baie majestueuse ou une montagne transcendante, un moment de paix qui surprend, car il tombe dessus inattendu.  Il y a sans doute divers degrés d’appréciation.

Continuer la lecture de « Le citadin et la nature »

Un remède universel

 

  Cet article reprend ce qui est dit dans un commentaire, c’est pour lui donner plus de visibilité.

la question était :

Il semblerait que pour vous, la méditation devienne la solution à  tous les problèmes du monde.
C’est bien peu réaliste. Combien de gens se soucient de la méditation ??? Et comment imaginer que cela pourrait changer les choses? 
A mon avis, une conception extrêmement naïve, ne croyez-vous pas ?

La réponse était :

Détrompez-vous, je crois vraiment que la méditation peut changer le monde, mais il ne s’agit pas de nous transformer tous en lamas tibétains.

Continuer la lecture de « Un remède universel »

Peur de la mort

La peur de la mort s’explique facilement pour ceux qui croient qu’ils ne sont que leur corps, ou ceux qui ne savent pas ce qui les attend après leur décès.

Une autre bonne raison de craindre la mort, c’est penser qu’on a raté ce que l’on devait accomplir, c’est-à-dire se réaliser spirituellement. On est passé à côté du sens de l’existence, et la mort apparaît comme une sanction pour cet échec.

Nous sommes déjà éternels, nous sommes une particule vivante de la conscience de cet univers vivant qui se renouvelle éternellement.

Notre être a déjà vécu des milliers d’années, et c’est pourquoi nous avons déjà acquis de belles capacités. (Bravo, nous !)

Continuer la lecture de « Peur de la mort »

DÉTERMINISME, conditionnement, libre-arbitre

 

 On peut se demander si tous nos choix ne sont pas déterminés par notre conditionnement, nous croyons sans doute disposer d’un libre arbitre, mais qu’en est-il en fait ?

De toute évidence, nous sommes fortement conditionnés, mais…

mais on peut observer ceci:

Nous sommes surtout conditionnés dans les domaines les plus lourds, les plus physiques de notre être.

L’appartenance à un sexe est déjà un déterminisme qui dicte ses lois. Les instincts (le boire et le manger etc.) nous conditionnent comme les animaux. Nous n’avons que deux oreilles ! Si nous devenons sourds, la troisième ne nous aidera pas. !!

Continuer la lecture de « DÉTERMINISME, conditionnement, libre-arbitre »

Sagesse ignorée

 

 

La pommette de l’aubépine, (crataegus, Shan Zha) est abondante en automne. Peu de gens connaissent ses bienfaits quand on l’utilise en décoction.

 Sagesse5 C’est un excellent médicament dans les cas d’indigestion. Elle facilite la digestion de la viande et des corps gras. Elle facilite la circulation sanguine et s’emploie aussi dans les maladies cardiovasculaires, contre l’hyperlipémie, le cholestérol. Elle prend soin des artères coronaires, et des autres. Utile dans l’hypertension.

C’est parce qu’elle excelle à dissoudre le gras, mais en plus elle assouplit les tissus endurcis. Elle garde donc les artères souples, et nous savons tous que « nous avons l’âge de nos artères ! »

Les ménagères chinoises l’utilisent pour attendrir les vieilles poules à la cuisson, c’est tout dire !

Continuer la lecture de « Sagesse ignorée »