Pandémie planétaire 1

LA PANDÉMIE QUI SAUVERA LE MONDE

1- COUP DE VENT,

UNE SÉVÈRE CORRECTION CONTRE LES DÉRÈGLEMENTS

Prenons un instant pour laisser venir les idées sur cette subite pathologie qui balaye notre planète toute entière.

Comment un virus se définit-il en vision médicale ésotérique ?

Une énergie subtile vent fait apparaitre une forme microscopique vivante, notre microbe.

Un virus n’est pas une entité biologique complète et autonome. Ce n’est qu’un filament D’ARN ou ADN dans une enveloppe, il lui faut envahir une cellule pour se développer et se multiplier. On pourrait dire qu’il circule comme un grain de poussière dans le vent.

Explication : Son apparition est suscitée la une énergie invisible vent, voyons comment il se révèle. Comparons-le au vent :

  • Apparition subite et imprévue, éclatant à partir de rien du tout, sauf du contexte, physique, environnemental, (orages, tornades,) ou moral, mental, (rages, colères.)
  • Il pénètre profondément, s’insinue partout sans qu’on puisse l’empêcher ou le stopper.
  • Il peut arrêter ou reprendre, changer, muter sous un autre aspect.
  • Il répand son mal sans qu’on puisse prévoir jusqu’où iront les conséquences tragiques.
  • Il est impossible à arrêter, ne se termine qu’en consumant son énergie, en ayant épuisé son action en réponse aux causes qui l’ont déclenché.

 

Le vent externe (tempêtes) et le vent interne (rages, colères) naissent d’un grand déséquilibre de chaleur et pression qui déclenche leur explosion.

Alors que penser d’un déclenchement planétaire ? Il faut des causes planétaires.

Un ouragan planétaire déclenché par des déséquilibres planétaires

Les personnes spirituellement alertes interprètent rapidement la pandémie mondiale comme une furieuse colère céleste, un ouragan mondial déclenché par les comportements humains qui causent des déséquilibres intolérables.

Le phénomène apparait comme une rétribution que nous avons provoquée.

Nous ne pouvons échapper aux lois de l’univers. Selon le Principe de réaction, chacun de nos actes entraine une conséquence, tôt ou tard.

Nous avons affaire à l’énergie universelle dans laquelle nous baignons sans la voir, et sans le savoir.

Le monde est un système vivant, notre propre vie est la même que celle du monde, la terre réagit à ce que nous faisons comme d’autres humains pourraient réagir. Il semble qu’actuellement la terre soit de mauvaise humeur,

Le virus, on peut dire que nous l’avons créé nous-mêmes, ou du moins nous l’avons attiré par l’excès de nos déséquilibres.

La loi de réaction dit que l’univers répond en renvoyant une énergie de même nature que celle que nous émettons.

Une gifle attire une gifle, un sourire attire un sourire etc. La même chose est vraie à des degrés imperceptibles et insoupçonnables. On peut donc essayer d’analyser les déséquilibres qui sont à l’œuvre.

 

Lesquels de nos excès ont fait surgir cette maladie ?

– il atteint les poumons, il nous étouffe : parce que nous étouffons la respiration de la Terre, sa pure atmosphère. Nos émissions carbone ont mis la planète en détresse respiratoire, voilà pourquoi c’est précisément ce  virus qui est apparu.

– il peut atteindre n’importe quel organe.

On connaissait la capacité du virus à s’attaquer aux poumons, voilà que l’on découvre capable d’atteintes atteintes neurologiques, cérébrales, digestives, rénales, hépatiques, cardiaques, mais aussi vasculaires. Il s’agit donc bien d’une attaque fondamentale qui peut affecter n’importe quelle fonction  de l’organisme.

De même, la pollution que nous générons atteint toute la planète : le plastique encrasse toutes les mers, les continents et les chaines alimentaires. La pollution radioactive et chimique contamine les sols.

 

– il effondre l’économie mondiale : car elle est destructrice, l’économie consumériste est un ogre dévore les ressources terrestres et maritimes. En réalité, la doctrine néo libérale est la cause première de la pandémie, car tous les dérèglements mondiaux y sont reliés.

– il met en danger les profits financiers, (c’est rigolo) peut faire éclater les bulles de spéculation déconnectées de l’économie réelle  et préjudiciables aux producteurs et aux travailleurs.

– il sème l’inquiétude, la peur de l’avenir, car nous exsudons un style de vie sans bienveillance, sans compassion. Notre activité est basée sur la compétition offensive, qui engendre l’anxiété, la fébrilité, le stress.

– il agresse le monde entier, comme nous sommes toujours en guerre dans le monde entier. Il peut être aussi cruel que la guerre, «Cette maladie peut attaquer presque n’importe quoi dans le corps avec des conséquences dévastatrices. Sa férocité est à couper le souffle», témoigne un éminent cardiologue américain.

– il menace la vie humaine comme notre expansion démographique éteint la diversité de vie biologique.

 Le vent ouvre la conscience

Le vent signifie le meilleur ou le pire.

Certains chamans préhistoriques représentaient le vent en gravant sur un os l’image d’un oiseau porté par la force de l’air, mais affrontant les nuages. Un tel concept Vent peut signifier aussi bien harmonie que danger, décence que scandale, douceur que rudesse.

Cette double face est une invitation à voir la différence, à prendre conscience.

 Le vent est l’énergie de la prise de conscience.

Il nous gèle ou nous réchauffe, ou bien il gifle, ou caresse, il touche en même temps le corps et la conscience. Il nous fait soudain réaliser ce qui se passe.Sans détours.

Le vent dégage, emporte les états de conscience satisfaits et met l’inconfort à la place.

A cause de la pandémie, nous nous rendons compte d’une situation catastrophique.

Les alertes se multiplient : « un milliard d’individus vivront dans une chaleur insupportable d’ici 50 ans. » Les villes côtières seront envahies par la montée des eaux..

Les appels au changement fusent : « réinvestir autrement, créer de nouvelles fermes, de nouveaux transports, abaisser production de carbone, prévoir de nouveaux emplois, un revenu de base, planifier la transition écologique, et créer un nouveau monde, (sans renflouer les banques.)

Parmi d’autres, un collectif d’artistes et scientifiques proclame :

« L’extinction massive de la vie sur Terre ne fait plus de doute et tous les indicateurs annoncent une menace existentielle directe. A la différence d’une pandémie, aussi grave soit-elle, il s’agit d’un effondrement global dont les conséquences seront sans commune mesure.

Nous appelons donc solennellement les dirigeants et les citoyens à s’extraire de la logique intenable qui prévaut encore, pour travailler enfin à une refonte profonde des objectifs, des valeurs et des économies.

Le consumérisme nous a conduits à nier la vie en elle-même : celle des végétaux, celle des animaux et celle d’un grand nombre d’humains. La pollution, le réchauffement et la destruction des espaces naturels mènent le monde à un point de rupture.

Pour ces raisons, jointes aux inégalités sociales toujours croissantes, il nous semble inenvisageable de « revenir à la normale ».

 

***                             ***                             ***

 A SUIVRE…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *